Art et artisanat - Finition bricolage

Pourquoi la clôture fabriquée par mon grand-père a-t-elle duré 50 ans alors que celle que j'ai fabriquée a pourri au bout de 20 ans ?

J'ai vu cette question il y a quelques jours sur un groupe de charpentiers et elle était adressée à tous les collègues du groupe. Depuis, j'ai réfléchi au sujet et j'ai une réponse, du moins de mon point de vue. A l'origine, je voulais la mettre sur le groupe, mais la réponse est plus longue et je peux mieux la détailler ici.

clôture en bois

Si l'on compare les méthodes de travail d'aujourd'hui à celles d'il y a 40 ou 50 ans, au niveau des ménages, on constate des différences dès le choix des essences de bois et le moment de l'abattage. Autrefois, les gens avaient l'habitude de ont construit leurs propres maisons, l'équipement et clôturesIls faisaient la "claque" avec les parents et les voisins. Ils avaient parfois parmi eux un "spécialiste", un artisan qualifié que tous écoutaient et dont ils apprenaient les secrets du métier transmis de génération en génération. En étant directement impliqués, ils étaient plus attentifs au comportement du bois dans certaines conditions, voyaient que certaines essences étaient plus résistantes que d'autres aux conditions extérieures, et comprenaient ce qu'ils pouvaient faire pour que le bois dure plus longtemps. Le jeune homme travaillait avec son père, qui travaillait à son tour avec son père. Le savoir s'accumule et se transmet à la descendance, en observant l'évolution du travail dans le temps.

Choix du bois

Le bois n'était pas acheté dans les magasins, mais les arbres étaient coupés dans la cour ou la forêt de la propriété ou tout au plus achetés, encore "debout", à un voisin plus riche. Ils n'étaient coupés qu'en cas de besoin, l'abattage se faisait à la fin de l'automne ou au début de l'hiver (fin novembre, décembre, début janvier), lorsque la végétation était minimale et que la quantité d'eau dans le bois était très faible, et l'on choisissait les arbres les plus vieux, jamais les jeunes, que l'on savait moins résistants. Le jeune arbre en croissance a une structure poreuse conçue pour absorber autant d'eau que possible. Cette structure poreuse demeure après l'abattage de l'arbre. L'eau y pénètre beaucoup plus facilement et y reste, ce qui constitue des conditions idéales pour le pourrissement du bois. C'est pourquoi, lorsque les arbres de la cour n'étaient pas assez vieux, ils empruntaient aux voisins ou à la famille, et remboursaient la dette lorsque les arbres de leur propriété devenaient assez vieux.

Chaque région avait son bois préféré pour ce type de travail, en fonction de ce qui poussait à proximité. Dans les montagnes résineux, des collines et des plaines, acacia, chênele gorun. Parmi les arbres résineux, celui qui avait un mélèze (mélèze) était riche. Le bois était dur, solide et bon pour les maisons. Ils ne savaient pas grand-chose de la résine ou des tanins contenus dans le bois, mais ils savaient que les clôtures fabriquées avec ces essences duraient plus longtemps. Lorsque les arbres étaient très rares et donc difficiles à trouver, ils fabriquaient des clôtures en osier tressé. Dans la région de Bărăgan, ces clôtures étaient très répandues.

clôture en bois

Modèle de la clôture et traitement de ses éléments

Sachant que l'eau est mauvaise pour le bois, ils ont travaillé les éléments de la clôture de manière à ce que l'eau s'écoule et que le bois en absorbe le moins possible. Les éléments étaient arrondis au sommet ou coupés à angle vif pour que l'eau de pluie ne stagne pas et s'écoule le plus rapidement possible. Ils préféraient les éléments simples, mais s'ils faisaient des découpes, les motifs étaient faits pour ne pas retenir l'eau. Dans les régions où l'hiver dure plus longtemps,les portes et les clôtures ont été construites avec des toits. Les planches ont été placées sur la clôture perpendiculairement aux éléments verticaux. De cette façon, la neige ne stagne pas à l'extrémité des planches, où l'absorption est plus grande, étant donné les extrémités des fibres.

Les planches ont été coupées parallèlement à l'axe central de l'arbre, le long du fil, puis gélifiées, c'est-à-dire traitées par rasage (jelly/jealousy - strass de grande taille). Ils ont effectué de fines coupes avec le couteau de la lisière, parallèlement à la fibre, en évitant de trancher. L'absorption d'eau a été réduite et le bois a beaucoup mieux résisté.

Mise en place de la clôture

La construction de la clôture comprend les éléments de soutien et de résistance, c'est-à-dire les poteaux ou pavois, les éléments transversaux qui reliaient les poteaux entre eux et les planches qui étaient placées sur les éléments transversaux (appelés "cosași" dans la région de mes grands-parents). Si des essences moins résistantes étaient parfois choisies pour les planches (en raison du manque de bois dur), seules celles qui étaient très résistantes à la pourriture étaient utilisées pour les poteaux. Les poteaux étaient enduits d'huile brûlée avant d'être enterrés, et la terre était disposée en pente douce autour d'eux afin que l'eau puisse s'écouler. Dans les trous des poteaux, on plaçait du sable et des pierres apportés pour évacuer l'eau. Les troncs étaient parfois disposés en biais pour que l'eau s'écoule plus facilement, ou bien on utilisait des branches plus épaisses et peu droites.

Les planches n'étaient pas empilées pour permettre à l'air de circuler. Les courants d'air ont rapidement séché les planches imbibées de pluie et la clôture est restée saine. Toujours pour permettre à l'air de circuler, aucune construction n'a jamais été érigée à proximité de la clôture. Il y avait toujours un espace, aussi petit soit-il, entre la clôture et le bâtiment voisin.

clôture en bois

Finition

Dans le passé, ils n'étaient pas très gênés par le changement de couleur du bois sous l'effet du soleil. Le bois gris des clôturesdes bâtiments et des maisons était monnaie courante. Ce n'est que lorsqu'il devenait noir que cela posait un problème, car cela signifiait qu'il s'agissait de moisissures. On frottait avec une paille ou une brosse métallique et on nettoyait la moisissure.

Pour le rendre résistant à l'humidité, il a été utilisé huile de lin de l'huile bouillie ou brûlée provenant des tracteurs. Ils utilisaient parfois de la peinture à l'huile, mais la peinture des clôtures était un luxe que peu de gens pouvaient s'offrir. La peinture était réservée au bois de la maison. Quant à la clôture, ils veillaient à ce qu'elle soit bien construite afin qu'elle soit solide même sans protection supplémentaire.

Ils n'avaient pas toujours accès à l'huile et, pour protéger le bois, ils brûlaient superficiellement les planches. Ce procédé prolongeait la durée de vie de la clôture et, associé au brossage et à l'huilage, augmentait considérablement sa résistance. Soit dit en passant, combustion du bois comme moyen de protection extérieure est utilisé depuis l'Antiquité dans de nombreux pays. La couche de charbon de bois qui se forme à la surface protège le bois et l'empêche de pourrir.

 

J'ai eu la chance de passer toutes mes vacances d'enfant et la plupart de mes vacances d'étudiant à la campagne. Il est vrai qu'à l'époque, je n'avais pas conscience de la chance que j'avais, mais aujourd'hui, j'apprécie le temps que j'y ai passé. J'ai assisté au feu de joie fait pour que mon cousin construise sa maison et j'ai regardé mon oncle et mon père construire ensemble des hangars, des clôtures et d'autres installations. J'ai été étonné de voir tout ce qu'ils savaient faire et de constater que tout ce qu'ils fabriquaient était solide et avait fière allure. Quelque part sur ce chemin de la modernisation, j'ai perdu une richesse de connaissances issues de l'expérience, d'une longue observation. Il serait bon que nous puissions avancer sur la voie normale du progrès, en récupérant la dot perdue. Je pense que ce serait la recette du succès.

Je serais heureux que ceux qui ont une telle expérience et qui connaissent les secrets du métier les partagent avec nous. Peut-être pourrons-nous récupérer notre dot. Et pour ceux d'entre vous qui ne sont pas clairs ou qui veulent en savoir plus, laissez vos questions ci-dessous dans l'espace prévu à cet effet. Ensemble, nous essaierons de trouver les réponses.

clôture en bois

A propos de l'auteur

Mihaela Radu

Mihaela Radu est ingénieur chimiste, mais elle a une grande passion pour le bois. Elle travaille dans ce domaine depuis plus de 20 ans, la finition du bois étant ce qui l'a définie pendant cette période. Elle a acquis de l'expérience en travaillant dans un institut de recherche, dans sa propre entreprise et dans une multinationale. Elle souhaite continuer à partager son expérience avec ceux qui ont la même passion - et plus encore.

18 commentaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.

  • Très bon article. Je vous remercie !

    J'ajouterai que le bois d'aujourd'hui, quelle que soit son essence, est moins résistant car la pollution l'attaque tout au long de sa vie, tout comme elle nous attaque, nous, les humains. Pour ces raisons, je ne crois pas qu'un morceau de chêne d'il y a 100 ans ait la même résistance qu'un morceau de chêne d'aujourd'hui. D'autre part, on constate également une différence de qualité du bois en fonction de la zone d'abattage. Le bois scandinave (Finlande) n'est pas comparable au même bois prélevé un peu partout en France, en Allemagne ou en Roumanie. Je parle bien sûr des mêmes essences de bois.

  • Bonjour Madame Mihaela,

    Vous avez caressé mon âme avec votre article. J'ai eu l'impression d'entendre mon père (décédé il y a 26 ans), qui ramenait les sapins de la montagne en hiver, dans lesquels on coupait des planches d'un pied de large pour la clôture. Et cette clôture a duré 60 ans (reconstruite il y a 25 ans, mais avec les mêmes planches).
    Nous allons maintenant construire une nouvelle clôture et nous sommes perplexes : où trouver la planche sèche, quelle forme lui donner et avec quoi la traiter pour qu'elle dure au moins la moitié du temps de l'ancienne.
    La clôture fait 40 m de long, c'est donc un investissement assez coûteux. Maintenant nous faisons une fondation avec des boulons ( ?), nous voulons aussi faire une couverture. Si vous pouvez me donner des conseils sur le traitement et la teinture du bois avant l'installation.
    Merci de votre attention !

    • Bonjour !
      Je suis heureux de vous avoir rappelé d'agréables souvenirs.
      L'idée de faire la fondation de la clôture est très bonne. Les problèmes surviennent le plus souvent au niveau du sol, là où l'oxydation (air, rayons UV) et l'humidité (de la pluie et du sol) entrent en jeu.
      L'huile est une très bonne solution pour les clôtures. Le bois doit être sec pour absorber le maximum d'huile. Pour qu'il dure le plus longtemps possible, il faut l'entretenir. Lorsque l'aspect sec du bois apparaît, sans la brillance soyeuse de l'huile, une autre couche doit être appliquée. C'est l'humidité qui affecte le bois et l'huile est une très bonne arme.
      Pour en savoir plus sur la résistance des clôtures, cliquez sur le lien ci-dessous.
      Tous nos vœux de réussite !
      https://revistadinlemn.ro/2018/03/09/garduri-din-lemn-cum-se-alege-lemnul-materiale-de-protectie-sfaturi/

  • Mon grand-père était charpentier. J'ai vu beaucoup de choses faites de sa main. J'ai eu le privilège de le suivre dans les collines verdoyantes autour de la maison, et en marchant ainsi avec lui, il me parlait des arbres et de leur rôle.
    Je me souviens que lorsqu'il construisait des clôtures, il faisait un feu et brûlait les extrémités des bulumaks préalablement aiguisées pour mieux les fixer dans les trous préalablement creusés.
    Nous sommes simplement témoins du sort. Pour moi, il s'agissait de véritables rituels. Je ne vous parle même pas de l'odeur du bois, le bois laissé par l'aire de battage avec lequel nous fabriquions nos carlins et les attachions dans nos cheveux... Un monde qui n'a pas complètement disparu à la campagne !

    • Merci pour cet ajout ! Peut-être partagerez-vous plus de ces souvenirs avec nous, ce serait dommage de les perdre. 🙂
      Tous nos vœux de réussite !

  • Je cherchais des détails techniques, mais ce n'était pas le sujet qui m'intéressait. Puis je n'ai pas pu m'arrêter de lire. C'est un bon article, avec des détails techniques, écrit par un spécialiste, mais il m'a ému. Peut-être mettrai-je en pratique certaines de mes connaissances nouvellement acquises. Je suis heureuse que vous les ayez partagées avec nous et qu'elles soient accessibles au bon moment. C'est un article écrit avec le cœur, pour le cœur ! Je vous remercie !
    Camélia

  • Bonjour Madame Mihaela,

    Je voudrais vous demander si vous pouvez m'aider à obtenir des informations sur une clôture en bois que je vais construire.
    Le hêtre est-il un bon choix pour une clôture extérieure ou le résineux est-il préférable ?
    L'uluca doit-il être rasé sur toute sa surface ? Peut-on poncer uniquement la face visible ou est-il nécessaire d'effectuer une finition sur les deux faces afin d'éliminer le risque d'endommager le bois par des infiltrations d'eau sur la face non poncée ?
    Puis-je utiliser de l'huile de lin pour protéger le bois de hêtre (si c'est la meilleure option) ou recommandez-vous autre chose ?

    Merci de votre attention !

    • Bonjour !
      Le hêtre n'est pas un bon choix pour l'extérieur, car il est très peu résistant à la pourriture. Dans le lien ci-dessous, vous trouverez des informations sur les qualités requises pour le bois utilisé à l'extérieur. Les résineux sont clairement le meilleur choix.
      La gélification est une opération qui permet de réduire l'absorption d'eau. Je recommande de le faire des deux côtés.
      Pour la finition de la clôture (en résine), je pense que les laques colorées à base d'huile constituent la meilleure option. Il existe sur le marché des produits qui offrent une très bonne résistance à l'humidité et aux rayons UV.
      Tous nos vœux de réussite !
      https://revistadinlemn.ro/2019/06/12/cele-mai-rezistente-specii-de-lemn-la-exterior/

      • Tout d'abord, je vous remercie pour le temps que vous avez pris pour me répondre. Je vais suivre votre conseil et ne pas acheter de beech uluca.
        J'ai également la possibilité d'acheter le pichet en chêne.
        D'après ce que j'ai vu, il est très bon et fait partie de la classe 2 - bois durable. Durée de vie : 15-25 ans. Le seul inconvénient étant le prix nettement plus élevé par rapport à la variante la moins chère - le bois de résineux. Mais j'ai encore le temps de réfléchir 🙂 .
        En ce qui concerne la finition de la clôture, si j'opte pour la version en chêne, puis-je utiliser directement l'huile de lin si je ne veux pas teindre la clôture mais conserver la couleur naturelle ou la couleur obtenue après imprégnation à l'huile de lin ?
        Merci d'avance pour votre gentillesse.

        • Bonsoir !
          L'huile totalement transparente ne résiste pas aux rayons UV. Le pigment 3-5% (vernis à l'huile) est généralement ajouté à l'huile utilisée pour l'extérieur. L'huile reste transparente et se colore très peu. Vous pouvez fabriquer votre propre vernis ou l'acheter dans le commerce. Vous trouverez ci-dessous un lien qui peut vous aider.
          Tous nos vœux de réussite !
          https://revistadinlemn.ro/2018/05/15/ulei-de-in-cand-unde-si-cum-se-foloseste-cum-sa-ti-faci-singur-vopsele-de-ulei/

          • Bonjour, merci pour votre réponse, je vais utiliser un vernis pigmenté à base d'huile, j'ai enfin acheté des piquets de clôture en douglas, j'ai une autre question, le bois n'est pas sec. J'ai encore une question... Le bois n'est pas sec...d'après ce que j'ai remarqué il semble vraiment fraîchement coupé. Combien de temps dois-je le garder sec - dois-je utiliser la formule d'épaisseur de +1 an ? Puis-je le laquer sans qu'il soit sec ? Est-ce qu'il se conserve au soleil pour le séchage ou à l'ombre dans des pièces comme le grenier/la grange ?
            Merci beaucoup pour votre réponse.

          • Bonjour !
            Le vernis à base d'huile permet l'échange d'humidité avec l'environnement, de sorte que le bois peut également être utilisé avec un taux d'humidité plus élevé. Il suffit que 2 à 3 mois se soient écoulés depuis l'abattage. Le bois continuera à échanger de l'humidité avec l'environnement jusqu'à ce qu'il atteigne l'équilibre, même après l'application du vernis.
            Pour le séchage, il convient d'empiler les planches en laissant des espaces entre elles (pas une sur l'autre, mais avec les planches entre elles) et de ne pas les exposer directement au soleil. L'essentiel est que l'air circule. Il peut être conservé sous l'avant-toit. Dans la remise ou la cave, il ne peut être conservé que s'il est ventilé (l'air circule en permanence).
            Tous nos vœux de réussite !

  • Bonsoir ! Très intéressant l'article, surtout pour un get beget d'Oradea. J'ai des planches qui restent du coffrage, résineux, je pense. Je comprends que, étant une plus grande surface en contact avec l'eau, elle serait moins durable ?
    Merci de votre attention.

    • Bonjour !
      Le principal ennemi du bois étant l'eau, il faut trouver des solutions pour l'évacuer le plus rapidement possible. La pose verticale des planches favorise le drainage et évite la stagnation de l'eau. Lors d'une pose horizontale, l'eau peut stagner davantage en bas de la lame. Une pose légèrement inclinée, et non parfaitement horizontale, peut favoriser le drainage.
      Si l'eau ne s'écoule pas rapidement, elle peut pénétrer dans le bois et, avec elle, des micro-organismes. Ce sont eux qui font pourrir le bois.
      L'écoulement de l'eau est favorisé par un bon ponçage du bois et un revêtement correct avec des matériaux de finition (vernis, peintures, laques).
      Je laisse ci-dessous un lien vers un article sur les clôtures, qui vous aidera peut-être.
      Tous nos vœux de réussite !
      https://revistadinlemn.ro/2018/03/09/garduri-din-lemn-cum-se-alege-lemnul-materiale-de-protectie-sfaturi/
      https://revistadinlemn.ro/2022/02/03/de-ce-este-atacat-lemnul-de-ciuperci-si-putrezeste-cum-identificam-lemnul-afectat-si-ce-facem-pentru-evitarea-degradarii-lui/
      https://revistadinlemn.ro/2023/03/23/ricosarea-picaturilor-de-ploaie-poate-indeparta-finisajul-si-distruge-lemnul-ce-solutii-avem/

      • Bonjour Madame Mihaela,
        Merci beaucoup, j'ai lu les informations très utiles sur les types de bois et les peintures.
        J'ai une clôture peinte avec du Lazura Cerata Lucioasa, elle a été rafraîchie après 4 ans en 2018, et en 2021 j'ai brossé les parties demi-rondes des planches horizontales avec le reste de la peinture.
        sur le côté demi-rond des planches horizontales, à certains endroits il y a des fissures et le bois a un peu gonflé, pouvez-vous le couvrir avec quelque chose, pouvez-vous utiliser une sorte de mastic ?
        Faut-il l'émailler avec du 120 ou du 150 et appliquer tout le Lazura ?
        2. les planches horizontales sont placées à l'avant et à l'arrière, avec de l'espace entre elles, et sur les bords vers les poteaux en béton, elles ont des lattes de 1010x35x45mm dans lesquelles elles sont fixées, et qui ont pourri, et je dois les remplacer... j'essaierais avec des lattes râpées de 40x40x1000 mm, 1 cm plus petites que le magasin de bricolage et je les peindrai toutes avec du Lazura, puis je remonterai les planches et à la fin je les fixerai avec des boulons dans les poteaux en ciment. Y a-t-il d'autres alternatives ?
        Merci pour les conseils et les articles.

        • Bonjour !
          1. les colles thermoplastiques, de type bâton. Il est à noter qu'elles résistent à des températures très basses et à l'humidité, ce qui permet pratiquement de les utiliser à l'extérieur. Si le bois est gonflé par endroits, c'est qu'il absorbe de l'eau. Il doit être poncé sur toute sa surface et recouvert d'une nouvelle couche de laque. Si vous ne poncez pas la cire par-dessus, elle empêchera l'adhérence et, en peu de temps, le bois devra être repeint. Vous pouvez utiliser un grain, 120 ou 150.
          2. je n'arrive pas à comprendre exactement comment ils seront pris. L'idée est que le bois ne doit pas être en contact direct avec le ciment, l'air doit circuler pour le secouer. S'il est en contact direct avec le ciment, le risque qu'il y ait toujours de l'humidité est élevé et le bois pourrit rapidement. Le bois doit également être façonné de manière à ce que l'eau ne s'accumule pas et qu'elle puisse s'écouler. Le fait de couper les planches à 45 gr aux extrémités favorise également l'écoulement de l'eau.

Catégories

S'abonner à la lettre d'information

fr_FRFrançais